informations technique & conseils

HUILE & FILTRE

Quels sont les différents types d’huile ?

  • L’huile Minérale : elle est obtenue par distillation du pétrole brut
  • L’huile Semi Synthétique : elle est obtenue par un mélange d’huile minérale et de composés chimiques et pétrochimiques
  •  L’huile Synthétique : elle est issue de composés chimiques et pétrochimiques. Les huiles synthétiques réduisent les variations de viscosité dues aux différences de température et apportent une meilleure résistance à l’oxydation de votre moteur.

 Qu’est-ce que le « Grade de viscosité » ?

C’est ce qui définit les caractéristiques de l’huile selon les conditions de température. Ce grade doit être adapté à la fois à votre moteur, mais aussi aux conditions de température extérieure. À froid, l’huile facilite le démarrage de votre moteur, à chaud, elle s’épaissit pour le protéger

Comment déchiffrer les grades de viscosité ?

  • Les Premiers chiffres accompagnés de “W” : ils indiquent la fluidité à basse température. Plus ce chiffre est bas, plus l’huile est fluide à froid.
  •  Les premiers chiffres suivant le “W” : ils indiquent la viscosité à haute température. Plus ce chiffre est bas, plus l’huile est visqueuse (épaisse) à chaud.

 Le rôle des filtres de votre voiture ?

Votre moteur emmagasine des impuretés internes et externes et notamment celle de l’huile en circulation.
Les filtres à l’huile – air – et carburant sont là pour le protéger, prolonger sa durée de vie et améliorer ses performances.

Le filtre à huile ? À quoi sert-il ?

  • Il maintient l’huile propre en permanence et retient les impuretés (poussières, résidus…) provenant de l’usure des pièces,
  • Il retient l’huile lorsque votre moteur est à l’arrêt
  • Il contribue au refroidissement de votre moteur

Le filtre à huile doit être remplacé régulièrement en fonction de l’espacement des vidanges. Toutes les 2 vidanges si elle est effectuée entre 7 500 et 10 000 km* et toutes les vidanges si celle-ci est réalisée à 10 000 km et plus*.

Quels sont les risques avec un filtre défaillant ?

  • L’usure des pièces de votre moteur va s’accélérer
  • Votre moteur se détériore plus rapidement

Le filtre à air

Il doit être remplacé entre 15 000 et 20 000 km*, en fonction de l’utilisation du véhicule. (Le filtre à air s’encrasse plus en ville que sur route).

Le filtre à gazole

Il doit être remplacé tous les 20 000 km*.

* suivant les prescriptions du constructeur

 PNEUS

Seul élément du véhicule en contact avec la route, quel que soit l’état de celle-ci (mouillée, verglas…), les pneus doivent toujours être en bon état et bien gonflés, sinon les conséquences peuvent être très vite graves : pneu qui éclate, sortie de route, dérapage, aquaplaning… Au moindre signe d’usure, il ne faut pas hésiter à les faire contrôler.

  •  Des pneus en bon état et bien gonflés, c’est indispensable pour votre sécurité.

Le niveau d’usure et le gonflage de vos pneus sont des indicateurs essentiels de votre sécurité sur la route par tous les temps.

  • Pensez à vérifier chaque mois la pression, le témoin d’usure et l’état de vos pneus

De simples contrôles de routine vous permettent d’évaluer l’état de vos pneumatiques dans votre quotidien ou avant un long trajet.

  • Un diagnostic gratuit chez Motor Legend Swiss !

Un technicien effectue un bilan gratuit et vous oriente vers les solutions d’entretien les plus adaptées.

 CONSEILS

 Quels sont les facteurs de dégradation des pneumatiques ?

D’abord, il est normal que les pneus s’usent en roulant. En maintenant la voiture au sol, il subit quotidiennement des contraintes. Mais certains facteurs peuvent aggraver et précipiter son usure:

  • Un gonflage inadapté : pour être efficace à 100%, un pneumatique doit être, d’une part adapté au véhicule sur lequel il est monté et, d’autre part, être gonflé à la bonne pression. Sous gonflé ou sur gonflé, vous risquez un éclatement du pneu.
  • Un mauvais équilibrage : équilibrer les roues permet d’éviter les vibrations des trains roulants. Un mauvais équilibrage provoque une conduite inconfortable due aux vibrations, ainsi qu’une usure anormale de vos pneumatiques.
  • Un mauvais parallélisme : un mauvais réglage de la géométrie entraîne une usure prématurée des pneumatiques pouvant aller jusqu’à perturber sérieusement le comportement routier du véhicule et déformer les pneus.
  • Une valve défectueuse : au cours de sa durée de vie, une valve peut se détériorer et ainsi être la cause d’une perte d’étanchéité du pneumatique.
  • Des amortisseurs défectueux : avec des amortisseurs en mauvais état, la durée de vie de vos pneus est diminuée d’1/4.
  • Une vitesse excessive : les manufacturiers, dans leur codification, indiquent un indice de vitesse pour que les pneumatiques montés sur le véhicule soient adaptés au type de véhicule.
  • Une charge trop importante : l’indice de charge est pris en compte lors de la monte d’un pneumatique. Il est donc obligatoire d’avoir les pneumatiques adaptés au cahier des charges du véhicule mais aussi de charger le véhicule dans la limite de son PTAC.

Quels sont les risques avec des pneumatiques en mauvais état ?

  • Votre distance de freinage s’allonge (un pneu usé nécessite le double de la distance de freinage d’un pneu neuf)
  • Votre tenue de route se dégrade
  • Vous multipliez les risques d’aquaplanage.
  • Votre pneu risque d’éclater

Dans tous les cas, votre sécurité et celle de vos passagers n’est plus assurée.

Comment identifier le problème selon les signes d’usure ?

Plusieurs types d’usures sont à considérer pour évaluer l’état de vos pneus :Une usure régulière sur le côté extérieur : vos pneus sont probablement sous gonflés.

Les risques:

Une diminution de la tenue de route et de l’adhérence.

L’éclatement du pneu
Le bon réflexe : Faites contrôler la pression des pneus.

  • Une usure régulière centrale : le milieu de votre pneu est usé sans que les côtés soient abîmés ? votre pneu peut être sur gonflé.

Les risques:

  • Une diminution de la tenue de route et de l’adhérence,
  • Des dérapages,
  • De l’aquaplanage.

Le bon réflexe : Faites contrôler la pression des pneus.

  • Une usure régulière sur le côté intérieur : cela peut provenir d’une défaillance de votre parallélisme.

Le risque: Une usure prématurée des pneumatiques.
Le bon réflexe : Faites contrôler le parallélisme.

  • Une usure en alternance : si vos pneus présentent une succession de vagues et de bosses, cela peut provenir d’une défaillance de vos amortisseurs.

Le risque : Une usure plus rapide de votre pneu.
Le bon réflexe : Faites contrôler vos amortisseurs.

  • Une hernie : elle est due à un choc.

Le risque: l’éclatement du pneu.
Le bon réflexe : Faites changer votre pneu d’urgence.

Comment préserver vos pneumatiques ?

  • Attention à votre conduite
  • Veillez à monter lentement sur les bordures de trottoir ou obstacles similaires.
  • Lorsque vous vous garez, évitez de comprimer le pneu contre le trottoir.
  • Évitez les démarrages sportifs, les virages trop rapides ou les coups de freins brutaux

Le non-respect de ces règles peut conduire à une détérioration de la carcasse. La plupart du temps, une boursouflure apparaît sur le flanc du pneu, signe que les câbles de l’infrastructure sont détruits. Les dommages qui s’en suivent peuvent provoquer des incidents en cas de vitesse élevée ou de fort chargement. Quoi qu’il en soit, la durée de vie du pneu s’en trouve nettement réduite.

  • Faites contrôler l’équilibrage et le parallélisme de vos pneus

L’équilibrage, c’est-à-dire une bonne répartition du poids, est nécessaire pour supprimer les vibrations. On évite ainsi les usures prématurées des pneumatiques mais aussi des organes de suspension, direction, et des roulements.

Le parallélisme correspond à l’angle des roues par rapport à la voiture. En réajustant les roues par rapport au châssis, vous éviterez toute usure irrégulière et anormalement rapide de vos pneus. Lorsque les roues ne sont pas parallèles, cela provoque une usure anormale et entraîne une consommation excessive de carburant.

En réalisant la correction de ces défauts, votre voiture tiendra mieux la route et vous assurera une plus grande sécurité. Le contrôle et le réglage du parallélisme durent environ 60 minutes.

  • Faites contrôler la pression toujours à froid (pneus n’ayant pas roulé depuis au moins 2 heures ou ayant roulé moins de 3 km et à allure réduite) sinon, ajoutez 0,3 bars à la pression de consigne.

Au fil du temps, votre pneu perd de l’air. Un pneu mal gonflé c’est :

  • Votre tenue de route dégradée
  • Votre distance de freinage qui s’allonge
  • Votre consommation de carburant qui augmente
  • Votre pneu qui risque d’éclater.

Attention, le gonflage à l’azote ne dispense pas de la vérification fréquente de la pression des pneus.

Vérifiez votre valve

  • Elle contribue à l’étanchéité du pneu et à sa longévité, c’est donc un élément très important.
  • Étant soumise à de fortes pressions dues à la force centrifuge, elle se détériore progressivement
  • À chaque changement de pneu, remplacez la valve

Elle doit toujours être est munie de son bouchon pour garantir une bonne étanchéité.

  • Attention aux injections : L’injection par la valve de produits d’étanchéité (bombe anti-crevaison…) ne peut être qu’une solution partielle et provisoire. Ces produits peuvent poser des problèmes de compatibilité avec le pneu, la roue, la valve, un capteur de pression, etc.

Quand faire contrôler vos pneus ?

  • Pour votre sécurité et celle de vos passagers, il est indispensable de faire vérifier la pression de vos pneus au moins une fois par mois.
  • En cas de perte de pression inhabituelle, faites contrôler l’état externe et interne du pneu ainsi que l’état de la roue et de la valve.

Quand faire remplacer vos pneus ?

  • Lorsque les sculptures sont inférieures à 1.6 mm.
  • S’il y a la moindre déformation (coupure, hernie, boursouflure…)

A la moindre vibration, au moindre bruit, ou tirages faites contrôler immédiatement vos pneus par un technicien

Comment choisir vos pneus lorsque vous les faites remplacer?

  • Votre pneu doit être conforme à l’équipement d’origine du véhicule, défini par le constructeur de ce véhicule ou par un organisme officiel.
  • Sur un même essieu, utilisez deux pneus de mêmes dessins de sculpture.
  • Si vous changez deux pneus, montez les pneus neufs ou les moins usés sur l’essieu arrière, vous obtiendrez ainsi une meilleure adhérence en courbe et une meilleure tenue de route au freinage.

Réparer un pneu, c’est possible ?

Tout dépend de l’état du pneu. Un pneu crevé peut être réparé seulement si la crevaison n’a pas entraîné sa dégradation. Sachez aussi qu’un pneu crevé sur le flanc devra systématiquement être remplacé.

 

SUSPENSION

Les amortisseurs atténuent les chocs provoqués par les aspérités de la route et maintiennent une liaison constante entre le sol et les roues. Ils sont, au même titre que les freins et les pneus, un organe-clé pour votre confort et votre sécurité

  • Des amortisseurs en bon état, c’est déterminant pour votre sécurité.

En roulant avec des amortisseurs défectueux, vous risquez la sortie de route à tout moment.

  • Un contrôle indispensable tous les 20 000 kms et au moindre doute

Le changement de vos amortisseurs est fortement conseillé tous les 80 000 kms et fait l’objet d’une vérification soigneuse lors du contrôle technique.

  • Un diagnostic approfondi chez Motor Legend Swiss !

Un technicien effectue un diagnostic approfondi et vous oriente vers nos solutions d’entretien les plus adaptées.

 Nos Conseils

Les dangers que représentent des amortisseurs en mauvais état :

  • Votre distance de freinage devient plus longue d’1/3.
  • L’usure de vos pneus s’accélère
  • Vous risquez une accentuation des effets d’aquaplaning (+15% par temps de pluie)
  • La tenue de route et le confort de votre véhicule se dégradent
  • Votre véhicule consomme davantage de carburant
  • Votre véhicule risque d’être refusé au contrôle technique

Pour ne négliger aucun danger, pensez au contrôle de vos amortisseurs.

Des signaux discrets impliquent une vigilance accrue.

L’usure progressive de vos amortisseurs peut vous donner tendance à adapter votre conduite sans déceler cette déficience progressive, et sans réaliser les risques que vous courez.

Pourtant, il faut savoir que des amortisseurs usés à 50% augmentent le temps de réaction de 25%. et qu’une voiture sur 4 âgée de plus de 3 ans, roule avec au moins 1 amortisseur usé . Pensez-y !

Le saviez-vous ?

Même si un seul amortisseur est usé, il faut changer les deux du même essieu (avant ou arrière), ceci afin de préserver l’équilibre de votre véhicule.

Une conduite « sportive » ou à pleine charge influe sur la durée de vie de vos amortisseurs.

 

LES FREINS 

Les freins, sollicités à tous moments de la conduite, sont un des éléments majeurs de votre véhicule, aussi bien pour maîtriser votre vitesse qu’en cas de danger nécessitant un arrêt d’urgence.

  •  L’élément primordial de votre sécurité et de celle de vos passagers

Des freins en bon état, c’est l’assurance de ralentir et de s’arrêter quelle que soit la situation.

  • Un contrôle indispensable tous les 10000 kms et au moindre doute

Le contrôle de vos freins est obligatoire et fait l’objet d’une attention toute particulière lors du contrôle technique.

  • Un diagnostic approfondi chez Motor Legend Swiss.

Un technicien effectue un diagnostic approfondi.

 Nos conseils

 Si votre voyant d’alerte s’allume :

Il peut s’agir d’un niveau insuffisant du liquide de frein. Dans ce cas, nous vous offrons l’appoint. Sinon, nous effectuerons un diagnostic approfondi de votre système de freinage.

Quand et que faire contrôler ?

Disques, plaquettes et tambours s’usent avec les kilomètres et avec le temps, faites les contrôler tous les 10 000 kms.

– Pour les disques, vérifiez s’ils sont rayés, voilés, fendus ou oxydés.
– Pour les plaquettes, un remplacement s’impose lorsque l’épaisseur du         matériau est réduite à 3 mm ou lorsque vous faites changer vos disques.

Faites également vérifier le niveau de liquide de freins régulièrement.

 

 ECHAPPEMENT

 Le système d’échappement permet d’évacuer et de refroidir les gaz de combustion, il agit donc directement sur la performance de votre moteur. Il réduit également les émissions polluantes. Enfin, il atténue le bruit pour renforcer le confort à bord de votre véhicule.

  •  Un élément clef pour la bonne santé de votre moteur et la réduction des émissions polluantes.

Un bon système d’échappement, c’est plus de confort et moins de pollution.

  • Le système d’échappement est à faire contrôler tous les 20 000 kms.

Le catalyseur est à changer, en moyenne, tous les 100 000 kms et le silencieux arrière tous les 80 000 kms.

  • Le diagnostic approfondi chez Motor Legend Swiss !

Nous effectuons gratuitement un diagnostic approfondi. N’hésitez pas à nous demander.

Nos conseils

Quels sont les facteurs d’usure du système d’échappement ?

  • – Les trajets urbains répétitifs (en dessous de 5 kms)

La condensation qui se produit dans votre ligne d’échappement n’est pas éliminée lors des petits trajets. L’eau chargée d’acide demeure dans la ligne d’échappement, attaque les parois intérieures et, à terme, la perfore.

  • – Le salage des routes 

Les projections de boue, de sel et d’eau peuvent accélérer la corrosion de l’enveloppe externe de votre système d’échappement.

  • – Les chocs thermiques 

Il s’agit de la différence entre la chaleur du moteur et la température extérieure. À 130 km/h, votre système d’échappement est soumis à une température de 800°C.

  • Les chocs sous la caisse du véhicule

Un support moteur ou des caoutchoucs de fixations détériorés peuvent altérer votre échappement et le perforer plus facilement.

Comment préserver votre système d’échappement ?

  • Faites régulièrement de longs trajets pour évaporer l’humidité accumulée dans le système.
  • Ne roulez pas trop longtemps avec le témoin de carburant allumé (une irrégularité d’alimentation du moteur en carburant détériore votre catalyseur).
  • Faites entretenir régulièrement les autres éléments de votre moteur (filtre à air, bougies…).

Les risques d’un système d’échappement en mauvais état :

  • Les rejets anormaux de gaz toxiques alourdissent le niveau de pollution de votre véhicule.
  • Le volume sonore émis par votre moteur, à l’extérieur comme à l’intérieur du véhicule, augmente fortement.
  • Votre consommation de carburant peut s’accroître fortement.
  • Votre moteur est moins performant et s’use prématurément.
  • Votre véhicule risque d’être refusé au contrôle technique.
  • Vous risquez d’attirer l’attention des forces de l’ordre.

Que faire en cas de fumée noire ou de bruit suspect ?

Une fois par an ou tous les 20 000 kms, faites vérifier les éléments métalliques, mais aussi l’état du système de fixation et les « silentblocs » qui relient le pot à la voiture.

Quand et que faire contrôler ?

Une fois par an ou tous les 20 000 kms, faites vérifier les éléments métalliques, mais aussi l’état du système de fixation et les « silentblocs » qui relient le pot à la voiture.
Quoi qu’il en soit, nous vous conseillons de ne pas intervenir vous-même sur cette fonction complexe du véhicule.

Quand et que faire remplacer ?

Une utilisation urbaine demande un changement de votre silencieux arrière tous les 60.000 kms environ. En revanche, si vous n’effectuez que de longs trajets, un changement tous les 80.000 kms peut suffire.

Le catalyseur est à changer, en moyenne, tous les 100 000 kms.